JR Ou  l’homme qui utilisait la photographie pour transformer le monde


De la cité des Bosquets   en 2005 en passant par les favelas de Rio de Janeiro en 2008, ou encore le mur de séparation de Bethléem 2007 ou tout simplement le Louvre en 2019, il est partout. La rue est sa galerie, les hommes et femmes , les jeunes qui façonnent le monde ses sujets.

 JR est née en 2983 , il a grandi dans le Yvelines (le Pecq ).  L’adolescence à peine achevée, il sillonne l’Europe pendant quelques années,  et photographie des hommes et des femmes qui font le quotidien.  Il aura fallu les émeutes de la cité de Bosquets à Montfermeil (93) et de Clichy sous Bois (93), en 2005, pour qu’ il s’engage. S’engager à quoi ? Valoriser l’humain ! Utiliser la photographie pour transformer le monde !

A cette époque des émeutes, il va afficher les portraits de ces filles et garçons vivants dans ces banlieues, accusés de tout,  afin de nous amener, nous les passants ,à  nous interroger sur le regard que  l’on porte à ces « citoyens oubliés ». Et ça marche !!! un véritable électro choc que JR ( Jean Renée) depuis n’a de cesse de provoquer au travers le monde.  Chercher à provoquer une rencontre, un espace de liberté, de partage, d’interrogation Voila l’obsession de cet artiste qui marche à l’instinct.  Mais JR va plus loin, installées sur des murs les du monde entier, ses photographies nous réveillent sur ces interrogations que chacun ne peut cesser d’avoir : pourquoi les religion occasionnent-elles tant de guerre? pourquoi les femmes sont-elles toujours aussi peu estimées? pourquoi les enfants sont-ils encore l’objet de tant de souffrance?…En deux  mots pourquoi sommes-nous toujours et encore si méfiants des uns des autres ?

« L'ensemble de son travail ne semble pas définir un message précis. Son engagement d'artiste réside surtout dans le fait que les portraits représentent des inconnus vus par d'autres passants inconnus. Il occasionne alors une rencontre, un espace où liberté, partage et interrogations riment avec humanisme. Il semble vouloir redonner une âme aux murs de nos villes en rendant belles les vieilles façades abimées par le temps avec des sourires et des grimaces des citoyens du monde. »

 JR sillonne donc le monde à la recherche de passants et d'habitants, citoyens du monde à photographier pour ensuite placarder leurs portraits via des collages géants en noir et blanc. L'efficacité visuelle est  totale. Des femmes, des hommes, des enfants, des vieillards, des banlieusards, des mères de famille, des religieux, des sportifs, tout le monde est photographié par l'artiste et donne cœur à chacune de ses œuvres. Mais JR n’avance pas seul… Il aime collaborer tant avec des inconnus qu’avec des artistes de renommés. Telle que Agnès Varda avec qui il a réalisé un film https://www.youtube.com/watch?v=aonBFdFgqZg

  L’efficacité visuelle du travail de JR est incontestable. Personne n’échappe à son regard… en deux mots, Son travail traite d’engagement, de liberté, d’identité et de limites. Mais jusqu’où ira-t-il ?

A la découverte de quelques œuvres :

https://www.jr-art.net/fr/projets/face-2-face

https://www.jr-art.net/fr/projets/women-are-heroes-bresil

https://www.jr-art.net/fr/news/collage-dete-a-new-york

Pour comprendre le street art en deux mots

 https://www.youtube.com/watch?v=wVZqcqi5jcs

 

Commentaire